AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Rosalie A. Carlson || Even without pass, we can evolve

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Rosalie A. Carlson

M E S S A G E S : 87
C O P Y R I G H T : Nao'/Tumblr
MessageSujet: Rosalie A. Carlson || Even without pass, we can evolve   Dim 6 Nov - 9:29



CARLSON
ROSALIE ANGELA


    ÂGE : 22 ans
    NATIONALITÉ : Américaine selon ses nouveaux papiers
    PROFESSION : Interne en Chirurgie
    STATUT : Célibataire
    GROUPE : Civilians



« Et je n'ai même pas eu besoin de boire une seule goutte de rhum ! »
7 manies, habitudes, caractéristiques vous seront demandées dans cette seconde partie. Il faudra développer chaque point, afin que l'on puisse cerner le caractère du personnage. N'allez pas nous écrire une phrase par flèche, merci. ^^
→ Rosalie est plutôt du genre coquette. Si jamais elle a une mèche de travers, elle s'arrêtera de faire ce qu'elle est en train de faire pour la réajuster. En même temps, comme elle a les cheveux longs, elle ne peut pas se permettre de les avoir devant les yeux. Imaginez qu'elle est en pleine opération, une opération plutôt grave. Il faut bien qu'elle ait le chambre libre ! En même temps, ça n'arrivera jamais puisqu'elle a une charlotte sur la tête et que, de ce fait, impossible d'avoir les cheveux devant les yeux. Une petite tâche sur l'un de ses vêtements ? Elle l'enlèvera dès que possible pour éviter que la tâche soit définitive. Elle aime aussi à avoir quelques bijoux, ici ou là, comme de jolis bracelets ou bien des boucles d'oreilles qui sont assorties à d'autres bijoux. Coquetterie avant tout. Ou presque. Mais pas dans l'excès non plus.

→ Rosalie est très sociable, très ouverte au monde. Elle n'a pas peur d'aller discuter avec des inconnus ou bien de débuter une conversation sur un banc. Certes, cela peut lui attirer quelques ennuis mais jusqu'à présent, ça n'a jamais été le cas. Plus jeune, elle était timide, mais c'est passé, ça, avec sa nouvelle vie, sa nouvelle identité. Par contre, parfois, il lui arrive que de se renfermer sur elle-même et de ne pas avoir envie de discuter avec les autres. Les jours où elle fait de mauvais rêves, qu'elle revoit de mauvaises images sans pour autant se rappeler de quoi il retourne. C'est énervant. Mais elle ne désespère pas de trouver le comment du pourquoi de tout cela.

→ Rosalie est sportive. Tous les matins, avant d'aller à l'hôpital, elle fait un tour du pâté de maison. Toujours le même parcours, ou presque. Sauf les week-end où il lui arrive d'aller un peu plus loin, de faire un chemin plus grand. Elle dit que ça aide à lui libérer l'esprit. Et elle a tendance à courir un peu plus longtemps lorsqu'elle fait des cauchemars. Difficile, pour elle, de redescendre sur terre après avoir vu de telles images. Alors, elle court. Ca lui arrive aussi que de se réveiller en pleine nuit, ou bien d'avoir du mal de s'endormir. Alors, pour trouver le sommeil, elle court à nouveau. Elle court souvent. Un peu trop peut-être. Mais ça lui fait du bien.

→ Gentille et aimante, la jeune femme a le coeur sur la main. Elle serait prête à faire n'importe quoi, ou presque, pour aider son prochain. Tout en espérant, bien évidemment, que ça ne lui apporte pas des ennuis par la suite. Elle fait preuve d'altruisme au plus au point. C'est peut-être pour ça, d'ailleurs, qu'elle a poursuivi dans la médecine. Parce qu'elle sait qu'elle peut aider les autres, qu'elle peut rendre service, et qu'elle peut sauver des gens. Peut-être qu'un jour, cela lui retombera sur le coin de la figure. Sait-on jamais ce qui peut se passer ?

→ Rosalie est plutôt du genre franche, directe. Quand elle a quelque chose à dire, et bien, elle n'hésite pas à le faire. Bon, elle peut s'attirer des ennuis, mais on lui a toujours dit, jusqu'à présent, qu'on aimait bien qu'elle soit franche. Bien évidemment, la jeune femme sait que toute vérité n'est pas bonne à dire et que, de ce fait, elle prend parfois des gants. Afin d'éviter de faire exploser la vérité. Y'a qu'un seul truc, en ce moment, dont elle a du mal à parler, ce sont ses rêves, ses cauchemars qu'elle n'arrive pas à expliquer. Elle sait ... Elle sait qu'elle doit en parler, mais ne sait pas comment aborder le sujet, ni avec qui.

→ Rosalie est plutôt du genre têtue. Quand elle a quelque chose en tête, difficile de lui faire lâcher prise. Quand elle a raison sur le diagnostic d'un patient et qu'on lui dit qu'elle a tord, la jeune femme fait tout ce qui est en son pouvoir pour rechercher la vérité et faire que son patient s'en sorte bien. Si elle pouvait faire preuve autant de témérité avec sa vie d'avant, ou du moins, le comment du pourquoi elle en est là. Peut-être qu'elle attend le déclic, le jour où elle fera tout ce qui est en son pouvoir pour connaître la vérité.

→ Que dire d'autre ? Hmmm ... Rosalie est plutôt du genre douce et naïve. Intelligente, certes, mais un peu trop naïve. Elle sait pourtant qu'on lui cache des choses. Mais elle y croit, jusqu'à preuve du contraire. Probablement que lorsqu'elle aura fait le tri dans son esprit, et qu'elle aura remis toutes les idées en place, peut-être qu'elle en viendra à se poser des questions. Les bonnes questions.

PSEUDO ? Nao'
ÂGE ? 22 ans, bientôt 23
AVATAR ? Taylor Swift
COMMENT ES-TU ARRIVÉE ICI ? Une pub sur PRD ^^ J'ai visité plein de forums ce jour-là, et c'est sur celui-là que j'ai craqué
UN COMMENTAIRE ? L'espionnage, j'love ça ^^

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Rosalie A. Carlson

M E S S A G E S : 87
C O P Y R I G H T : Nao'/Tumblr
MessageSujet: Re: Rosalie A. Carlson || Even without pass, we can evolve   Dim 6 Nov - 9:29

« Je n’ai pas peur de mourir, j’ai peur de ne pas avoir assez vécu. »


L'histoire de Rosalie commence il y a, à peu près, vingt-trois ans, en Suède. Les Bilhind, parents de Rosalie, politiciens et diplomates suédois, attendaient leur deuxième enfant. Une petite fille cette fois-ci et ils en étaient bien contents puisqu'ils avaient déjà un petit garçon de trois ans. Silvia, la mère de famille, avait laissé de côté, dans l'immédiat, sa carrière politique et de se concentrer sur sa petite famille. Et puis, honnêtement, deux politiciens dans la famille, c'était un peu trop. Et cela ne lui plaisait plus tant que cela, même si c'était là la manière dont elle avait rencontré son époux. Enfin, passons, là n'est pas le plus important.

Le bébé était prévu pour début décembre, ou plutôt, vers la première quinzaine de décembre. Mais c'était sans compter sur la volonté de la petite fillette qui, vraisemblablement, commençait à se trouver à l'étroit dans le ventre de sa mère. Elle avait envie de sortir, de voir le monde de ses propres yeux. Ainsi donc, en avance, plus tôt que prévu, Silvia partit pour Stockholm pour mettre au monde la fillette qui était pressée de sortir. L'accouchement dura plusieurs heures et la petite tête blonde pointa le bout de son nez. Elle fut appelée Rosalie Anastasia Freya. Il était de coutume que dans la famille de Silvia, on doit deux ou trois prénoms à ses enfants. Elle-même s'appelait Silvia Erika Alwine. Et son mari Amalrik Ewald. Et leur premier enfant Walter Ulrik Lennart. Enfin, passons, on s'est encore éloigné du sujet.

Après une semaine en couveuse et la disparition de sa jaunisse, Silvia put ramener sa petite dernière à la maison. Ainsi commençait la vie de Rosalie. Une vie faite de nombreux voyages, de nombreux déplacements un peu partout à travers le monde. Certes, difficile de se souvenir de toutes les destinations, mais il était clair que les voyages étaient plus que nombreux. Paris, Londres, Berlin, Amsterdam, j'en passe et des meilleures. La première année de sa vie fut marquée par plus d'une vingtaine de voyages à travers l'Europe. Et peut-être une dizaine en dehors du continent Européen. Mais voyager quand on est avec ses proches, c'est bien, même si on ne peut pas se rappeler de tous les pays, de toutes les villes qu'on a pu voir avec le temps.

L'école ? Ce ne fut pas une tâche ... aisée, si on peut dire ça comme ça. A cause des déplacements de ses parents. Rosalie et Walter avaient un précepteur. Une personne qui les suivait partout dans leurs voyages et qui leur apprenaient les bases, et d'autres choses. D'un ennui mortel, ou presque parce qu'il leur était difficile de se faire des amis dans ce genre de situations. Quoi que ... A chaque fois que leurs parents se rendaient à une réception chez d'autres politiciens ou diplomates, y'avait toujours quelques enfants. En quelque sorte, Rosalie se disait qu'elle avait des amis aux quatre coins du monde, même s'ils ne se voyaient pas souvent.


Malgré tout, malgré ces voyages, Rosalie était assez contente de ce train de vie. Parce qu'elle ne manquait de rien. Parce qu'elle était assez proche de son frère. C'était sa petite soeur, sa petite soeur qu'il aimait protéger plus que tout, pour que rien de mauvais ne lui arrive. Ils étaient toujours fourrés ensemble, à veiller sur l'un, et sur l'autre. Quand l'un était triste, l'autre le réconfortait. Quand l'un avait besoin d'un coup de main pour telle ou telle chose, l'autre l'épaulait.

Vers l'âge de dix, douze ans pour Rosalie, leurs parents cessèrent les voyages pendant quelques temps. Des problèmes familiaux à régler du côté du grand père paternel qui avait quelques soucis de santé. Cela permit aux enfants de se stabiliser pendant un temps, et surtout, d'aller à l'école, de faire de nouvelles rencontres, de se faire de vrais amis. Des amis qui seraient toujours en Suède, ou du moins, qui seraient là à chaque fois que les Bilhind seraient de nouveau chez eux. Ce n'était pas facile de se lier d'amitié avec des gens qu'ils ne voyaient pas souvent. Mais ça leur permettait d'avoir une nouvelle vision du monde, ce qui n'était pas désagréable.

Au collègue, les autres gamines étaient un peu chipies avec Rosalie, parce que c'était la petite nouvelle du bahut et que, de ce fait, fallait voir ce qu'elle avait dans le ventre. Et oui, même dans les écoles privés, y'a toujours des gamineries de ce genre. Ce fut une période d'adaptation difficile. Rosalie aurait pu baisser les bras, et demander à changer d'école, ou bien dire la fille de qui elle était. Mais elle n'en fit rien. Elle voulait être "normale", ou du moins, le paraître. Alors, elle encaissait. Et elle encaissait plutôt bien. Elle se concentrait uniquement sur ses études. Elle voulait réussir, ridiculiser ces petites pestes qui se fichaient d'elle. Leur coller une bonne trempe à sa manière, et pour se faire accepter. Et cela avait fonctionné. Puisque de petite fille fébrile qu'on pouvait ennuyer à tout bout de champ, elle devint, en quelques mois, une petite fille de caractère qu'on ne marchait pas sur les pieds sans avoir des ennuis. Surtout si Walter traînait dans les parages. On n'embête pas la petite soeur de Walter. Sauf si on veut s'en prendre une.



En 2006-2007, année scolaire, pour prendre tous les deux une année sabbatique, pour ainsi dire, Rosalie et Walter partirent une année entière, en Australie. Pour relâcher la pression, penser à autre chose, faire ce qu'ils avaient envie de faire, pour ainsi dire. S'amuser, faire des rencontres, faire la fête. Vivre quoi. Des rencontres plus ou moins bonnes. Peut-être trouver l'amour aussi. C'était, après tout, comme des vacances. Et tout ce qu'on fait en vacances, et bien, ça n'a pas un grand impact sur la vie de tous les jours. Sauf si on le veut vraiment.

Brèfle, à dix-huit ans, et Walter vingt et un, tous les deux avaient l'impression de vivre une nouvelle vie, de faire autre chose qui sortait de l'ordinaire, et ce n'était pas désagréable que de s'amuser et de voir autre chose. Bronzer toute la journée sur la plage ou bien près de la piscine. Sortir en boîte dès que la nuit tombait. Faire du cheval le long de la plage, au soleil couchant. De merveilleuses journées, de merveilleuses expériences.

D'ailleurs, lors d'une de ces merveilleuses journées, Rosalie fit une rencontre des plus intéressantes. Elle était là, sur la plage, au soleil couchant, en train de regarder l'astre plonger dans l'océan, ou plutôt, disparaître dans ce dernier. Rosalie avait fermé les yeux durant quelques instants et quand elle les rouvrit, il y avait quelqu'un près d'elle. Un jeune homme qu'elle avait croisé déjà, à plusieurs reprises, sur la plage, du fait qu'il y travaillait. Un sauveteur qui veillait à ce que personne ne vienne se noyer sous son nez. Elle le trouvait mignon. Il la trouvait charmante. Il n'avait jamais eu l'occasion de l'aborder, du moins, jusqu'à présent, parce qu'elle partait toujours avant qu'il ne finisse sa journée. Peut-être pour éviter d'avoir ce face à face. Mais là, Rosalie s'était un peu attardée et elle ne pouvait plus y couper.

Ils discutèrent un long et long moment si bien qu'il n'y avait plus que la lune qui les éclairait. Ryan voulait la revoir, à tout prix. Rosalie ne savait pas si elle devait accepter. Elle s'était levée, sans lui donner de réponse. Et puis, elle s'était retournée, acceptant son invitation à dîner le soir suivant. Il s'en était réjoui. Ils sont donc sortis à plusieurs reprises, que ce soit au restaurant ou bien en discothèque. Ils s'entendaient très bien, et ils étaient très amoureux. Rosalie ne voyait pas en lui un simple flirt. C'était quelque chose de plus fort, de transcendant.

Rosalie n'était pas la seule à avoir trouvé chaussures à son pied, même si Walter avait, tout d'abord, profité de ses petites vacances pour s'amuser. Il ne pensait pas s'entacher de quelqu'un, enfin, de trouver une fille qui pourrait lui plaire. Mais comme on le dit, l'amour, ça ne se commande pas vraiment, non ? Alors, les sorties à quatre se firent de plus en plus régulière. Parce que Walter aimait toujours garder un oeil sur sa petite soeur, histoire qu'il ne lui arrive rien, même s'il avait une extrême confiance en Ryan.


Rosalie était heureuse. Mais sa petite année sabbatique était sur le point de se terminer. Elle allait reprendre ses études, partir sur New York pour les faire, et rejoindre ses parents qui étaient en délégation sur New York pendant un temps. Ils avaient des choses à régler là-bas, des traités à signer, à organiser. Mais Rosalie n'avait pas envie de quitter l'Australie. Ou du moins, elle n'avait pas envie de le quitter. Elle n'avait pas envie que cette histoire se termine. Elle lui avait fait part de ses peurs, de ses craintes. Mais Ryan avait déjà trouvé la solution depuis quelques semaines d'ailleurs. Un bijou, trois petits mots, et ils s'envoleraient pour un autre monde.

Rosalie était certaine qu'elle avait trouvé son âme soeur et en même temps, elle devait partir. Ryan ne lui avait pas fait sa demande. Parce que elle-même lui avait proposé de venir avec elle, à New York. Il ne pouvait pas la quitter, et il accepta, grand sourire aux lèvres, non sans garder cette bague qu'il comptait lui offrir sous peu.

Les voilà donc s'envolant, tous les trois -parce que Walter avait rompu avec sa copine, ça ne collait pas vraiment- pour la Grosse Pomme. Ryan comptait beaucoup sur ce départ, sur cette nouvelle vie. Il allait rencontrer les parents de sa fiancée, et ce n'était pas rien non plus. Bien évidemment, avant de partir, Rosalie lui avait quelque peu parlé de ses parents, du fait qu'ils étaient des politiciens et diplomates et que, de ce fait, elle était née avec une petite cuillère en argent dans la bouche. Mais il n'était pas parti en courant à cette annonce. C'était, selon lui, le destin.

Brèfle. L'avion les déposa à New York où Silvia et Amalrik accueillirent leurs enfants à bras ouverts. Il est vrai qu'ils étaient un peu sceptique quant à Ryan, du fait qu'il n'avait pas un "grand" métier, selon eux, mais ce qui leur importait le plus, c'était que leu fille soit heureuse. Le reste, ce n'était pas grave. Et puis, à New York, il pourrait reprendre ses études, avec Rosalie, s'il le souhaitait. Ce n'était pas une condition sine qua non pour épouser Rosalie, mais bon, ça serait mieux vu, ça passerait mieux. Mais pas une obligation.

Néanmoins, c'était le bon moment pour reprendre, puisque son job de sauveteur, c'était juste pour gagner de l'argent et le mettre de côté afin de faire des études. Donc, ça tombait plutôt à pic. Quoi qu'il en soit, avant de se marier, ou bien d'arrêter une date, ils s'étaient tous les deux mis d'accord d'attendre qu'ils aient vingt ans pour s'unir. Deux petites années, ce n'était pas grand chose, et ça leur permettrait de renforcer leur amour.



Tout aurait pu être rose, tout aurait pu être beau. Rosalie aurait pu se marier avec Ryan et être heureuse. Walter aurait pu faire la fierté de ses parents en embrassant, à son tour, une carrière dans la diplomatie. Sauf que ... Sauf que toutes les bonnes choses ont une fin, mais si ce n'est pas vraiment ce à quoi on s'attendait.

Décembre 2009, Consulat Français. Une petite réception y avait été organisée et des grands de ce monde s'y rendaient donc, y compris la famille Bilhind et Ryan. S'exposer au monde, c'était pas quelque chose qu'il voulait vraiment. Mais Rosalie lui avait promis qu'ils n'y resteraient pas longtemps. Mieux avait-il fallu qu'ils n'y aillent pas du tout. Mais on ne peut pas savoir à l'avance ce qui peut se passer. Terroristes, fanatiques, ou de simples fous, va savoir qui avait fait le coup. Mais il y eut une terrible explosion au Consulat, provoquant de nombreuses pertes. Si Rosalie a survécu, c'est uniquement parce qu'elle était sortie du bâtiment durant quelques instants, après avoir reçu un coup de téléphone. Et quand elle revint près de celui-ci, ce fut à moment que la bombe explosa. Sur le coup, Rosalie fut propulsée en arrière. Sa tête toucha le bitume et fut couverte de verre brisé.

Durant une fraction de seconde, avant de perdre totalement connaissance et de tomber dans un abysse sans fin, Rosalie parvint à rouvrir les yeux et à voir une silhouette qui embarquait dans un véhicule et qui s'éloignait à toute trombe du Consulat. Responsable de cette explosion ? Possible. Quoi qu'il en soit, Rosalie était certaine que c'était la fin, pour elle. Mais elle se réveilla six mois plus tard dans un hôpital. Elle qui avait pratiquement été déclarée morte s'était finalement réveillée, non sans l'acharnement des médecins poussés par la CIA parce qu'ils avaient envie de savoir ce que l'unique survivante avait pu voir. Manque de bol, ou ironie du sort, Rosalie ne se souvenait de rien.

On décida alors de la mettre sous haute surveillance, ou plutôt, à l'intégrer dans le programme des témoins. Peut-être pour la garder sous le coude, et attendre, patiemment, qu'elle finisse par se souvenir de ce fameux jour. Ce qui est bien, pour ainsi dire, c'est qu'elle n'a pas eu besoin d'oublier ce triste jour. Mais de temps en temps, elle ressent comme un vide et se demande bien ce qui a pu se passer. Enfin, elle se souvient de certaines choses, comme ses parents, son frère. Mais étrangement, son esprit a totalement occulté Ryan. Elle ne sait pas comment ses proches sont morts. On lui a dit qu'ils étaient vivants mais que pour sa sécurité, comme pour la leur, ils sont aussi sous protection, dans une autre ville.

Aujourd'hui, elle est donc Rosalie Angela Carlson, et non plus Rosalie Anastasia Freya Bilhind. Elle est interne en chirurgie dans un hôpital de New York et il ne passe pas un jour sans se demander d'où vient ce vide qu'elle ressent. De temps à autre, elle fait d'horribles cauchemars. Ou plutôt, a comme des flash-back. Elle n'en a pas encore parlé à son agent de liaison. Enfin, celui qu'elle considère comme son ami mais qui, en secret, travaille pour la CIA et la protège. Rosalie a peur ... Elle a peur de savoir ce que signifie ses cauchemars, ses rêves, ses flash-back. Peut-être qu'elle devrait se faire hypnotiser ... Elle y pense.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Jules M. Keppner

M E S S A G E S : 253
C O P Y R I G H T : sil

Your mission, if you choose to accept it...
A G E N D A :
MessageSujet: Re: Rosalie A. Carlson || Even without pass, we can evolve   Dim 6 Nov - 10:16

Oh Taylor ! Love
Petit message rapido pour dire que, pour ma part, j'ai bien vu ta fiche. Il ne me reste plus qu'à la lire !
Bienvenue sur Undercover, ma chère Rosalie !

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://undercover.frbb.net
avatar
Rosalie A. Carlson

M E S S A G E S : 87
C O P Y R I G H T : Nao'/Tumblr
MessageSujet: Re: Rosalie A. Carlson || Even without pass, we can evolve   Dim 6 Nov - 10:19

La lire, c'est le plus long :) J'm'étale toujours sur mes histoires ^^

Michi de m'avoir activé au passage ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Alec J. Donovan

M E S S A G E S : 162
C O P Y R I G H T : Lillix

Your mission, if you choose to accept it...
A G E N D A :
MessageSujet: Re: Rosalie A. Carlson || Even without pass, we can evolve   Dim 6 Nov - 10:30

Je viens de lire ta fiche et pour moi tout est en ordre , Jules fini de lire et si elle ne relève rien d'incohérent tu seras validée. Bienvenue parmi nous, tu soulèves un axe du jeu intéressant avec le programme de protection des témoins de la CIA.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Rosalie A. Carlson

M E S S A G E S : 87
C O P Y R I G H T : Nao'/Tumblr
MessageSujet: Re: Rosalie A. Carlson || Even without pass, we can evolve   Dim 6 Nov - 10:35

Michi ^^

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Jules M. Keppner

M E S S A G E S : 253
C O P Y R I G H T : sil

Your mission, if you choose to accept it...
A G E N D A :
MessageSujet: Re: Rosalie A. Carlson || Even without pass, we can evolve   Dim 6 Nov - 10:41

Et non je ne vois rien. A part la combinaison de "bref" et "trèfle"... Quelques petits fautes d'inattention, mais rien de bien grave. ^^ Donc... *roulements de tambours*

Votre mission, mademoiselle Rosalie A. Carlson, si vous décidez de l'accepter, sera d'intégrer au mieux Undercover. Pour cela n'hésitez pas à faire un tour dans le flood. Les autres membres se feront une joie de vous briefer. Mais surtout, n'oubliez pas de vous enregistrer sur le réseau. Les contacts sont importants de nos jours ; c'est pourquoi nous mettons nos équipements à votre disposition : portables, ordinateurs, papier et encre... Si vous avez la moindre question, veillez contacter l'administration. Le monde s'offre à vous désormais, tendez la main et saisissez-le !

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://undercover.frbb.net
avatar
Rosalie A. Carlson

M E S S A G E S : 87
C O P Y R I G H T : Nao'/Tumblr
MessageSujet: Re: Rosalie A. Carlson || Even without pass, we can evolve   Dim 6 Nov - 10:44

Brèfle, c'est un petit mot que j'aime bien, j'sais pas pourquoi ^^

Michi pour la valid ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Rosalie A. Carlson || Even without pass, we can evolve   Dim 6 Nov - 12:14

bienvenuuue Mimi
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Rosalie A. Carlson

M E S S A G E S : 87
C O P Y R I G H T : Nao'/Tumblr
MessageSujet: Re: Rosalie A. Carlson || Even without pass, we can evolve   Dim 6 Nov - 12:22

Michi à toi ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Rosalie A. Carlson || Even without pass, we can evolve   Dim 6 Nov - 14:19

Bienvenue sur le forum ^^
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Rosalie A. Carlson

M E S S A G E S : 87
C O P Y R I G H T : Nao'/Tumblr
MessageSujet: Re: Rosalie A. Carlson || Even without pass, we can evolve   Dim 6 Nov - 14:24

Michi ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Ryder J. Ethans

M E S S A G E S : 136
C O P Y R I G H T : <c>Lo

Your mission, if you choose to accept it...
A G E N D A :
MessageSujet: Re: Rosalie A. Carlson || Even without pass, we can evolve   Dim 6 Nov - 16:44

Bienvenue dans ce monde d'espionnage ! :P
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Rosalie A. Carlson

M E S S A G E S : 87
C O P Y R I G H T : Nao'/Tumblr
MessageSujet: Re: Rosalie A. Carlson || Even without pass, we can evolve   Dim 6 Nov - 16:46

Michi^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Rosalie A. Carlson || Even without pass, we can evolve   

Revenir en haut Aller en bas
 

Rosalie A. Carlson || Even without pass, we can evolve

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Undercover ::  :: Dossiers de recrutement :: You're ok, little spy !-