AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Je crois que c'est une blague. ϟ RYDER&JULES

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Jules M. Keppner

M E S S A G E S : 253
C O P Y R I G H T : sil

Your mission, if you choose to accept it...
A G E N D A :
MessageSujet: Je crois que c'est une blague. ϟ RYDER&JULES   Lun 14 Nov - 17:58




Le ferry... Non mais t'y crois toi ? Me filer rencard sur un bateau. Alors que franchement, je n'avais aucune raison de le prendre ce bordel ! J'habite en centre ville... Qu'est-ce que je vais faire sur le ferry new-yorkais ? Je paye un billet dans le vent. Heureusement, je ne suis pas radine ou à court de coco pops, sans quoi il aurait pu se la mettre où je pense sa balade en ferry. Faisant la queue comme tout le monde, mon regard était posé sur l'écran de mon portable. Je relisais ce satané message pour la énième fois. Je le connaissais même par cœur. « G des trucs pr toi. Rdv ferry 9am. L'homme que tu regretteras tte ta vie, by ». Bye sans ''e''. By... the way ! Ça me faisait bien rire. Jaune. Comme si j'allais regretter cette tête d'enclume ! Ok, j'avais passé un sacré bout de temps en sa compagnie, et j'en gardais un très bon souvenir. Mais sur la fin... Oh seigneur !

FLASH BACK
« Tu n'aurais pas vu mon portefeuille ? Ma puce ? » Je ne répondais pas. Je l'avais son foutu portefeuille. Il était coincé dans ma main. Mes ongles étaient presque plantés dedans tant j'étais sur le point d'exploser. J'étais jalouse, et je le reconnaissais sans mal. Mais en même temps, quand votre petit ami bosse dans la même organisation que vous, que vous avez déjà travaillé avec lui, que vous le connaissez par cœur, et que vous croiser sa partenaire dans les couloirs... Il y a de quoi l'être. Sérieusement. Je ne me cherchais pas d'excuses, j'en avais ! « Jules ! » Il fit probablement le tour de l'appartement, jusqu'à se diriger vers la chambre. « Ah bah t'es là. Avec... mon portefeuille. Pourquoi tu fais cette tête ? - Le mec du pressing m'a dit que tu l'avais oublié dans ta veste. Tes papiers sont morts. Ton fric aussi. Il a sauvé un numéro de téléphone, c'est tout. Bizarre, c'est pas le miens. » Il soupira. Ça voulait tout dire. Pour moi en tout cas. Attention, je n'étais pas tout le temps comme ça ! Il ne fallait pas croire que c'était dans ma nature. Loin de moi l'hystérie la plus totale. Et la preuve, on était ensemble depuis plusieurs mois. Il avait passé le cap des neuf ! Neuf ! Si ce n'est pas une preuve à l'appui, ça ! Je n'étais pas une grande barge du couple, prête à tout pour protéger son histoire. Je n'avais pas encore poser de micro sur lui par exemple. Ni même de caméra sur ses baskets. J'étais chiante, mais sans plus. Et pour cause, la relation me semblait si posée et sérieuse que ça me faisait flipper. J'avais peur de tout perdre du jour au lendemain. J'étais loin de me douter que j'allais bientôt me ramasser comme une merde en décidant d'un commun accord de tout stopper. Mais passons ! « Commence pas, Jules... - Je ne commence rien ! - Bon, alors... Ne continue pas... » Il pencha la tête sur le côté, s'avança vers moi et récupéra le morceau de papier. Bien plus petite que lui, je le fixais sans broncher. Allez c'est bon... Il m'avait eu !
FIN FLASH BACK

Rien de bien joyeux. Alors regretter le fait que monsieur me mentait comme un arracheur de dents... C'était à revoir ! Car oui, j'étais persuadée qu'il m'avait menti. Et c'était sans doute pour ça que j'étais incapable de me montrer douce et agréable en sa présence. Je lui en voulais profondément et j'avais la dent dure. Rancunière, je ne laissais rien passer. Jamais ! J'étais une folle furieuse quand je m'y mettais, allant jusqu'à délirer dans mon coin. Je me faisais mes films et là, je me demandais ce qu'il avait pour moi. Peut-être que c'était un simple prétexte pour me tuer, ronger par une incroyable jalousie. Le ferry lui permettrait de balancer mon corps par dessus bord et de ne jamais être suspecté. Après tout, avec le peuple qui monte là dedans par jour... Et puis s'il était toujours en fonction, il avait de quoi assurer ses arrières. Hop, un pseudo petite mission du côté de la Chine, et le tour était joué ! Pourquoi la Chine ? J'en sais rien. Peut-être à cause du mec devant moi, avec ses yeux bridés et son beignet d'ananas. Bref ! Je passais le petit pont et me retrouvais dans un hall. Les gens prenaient place sur des sièges, se ruaient sur le mini bar pour commander un café et moi... Je me demandais encore ce que je foutais là. M'emparant de mon portable, j'entamai un message cinglant : « Si tu ramènes pas ton cul illico, je tue la petite vieille et son chien à ma droite. A très vite, poussin. »

_________________



Dernière édition par Jules M. Keppner le Jeu 24 Nov - 9:56, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://undercover.frbb.net
avatar
Ryder J. Ethans

M E S S A G E S : 136
C O P Y R I G H T : <c>Lo

Your mission, if you choose to accept it...
A G E N D A :
MessageSujet: Re: Je crois que c'est une blague. ϟ RYDER&JULES   Lun 14 Nov - 23:27

FLASH BACK
« Pfff ! T'es vraiment trop nul comme mec, tu me fais le coup tous les mois ! T'es incapable de te souvenir de la date de notre rencontre du coup je suis la seule à offrir un cadeau, et le pire c'est que tous les mois je me fais avoir ! » Je ne disais rien parce qu'elle avait raison, j'étais nul avec les dates, je me souvenais ce qu'il s'était passé le jour de notre rencontre, ce qu'on avait fait, et même ce qu'elle portait ce jour là, mais pour ce qui était de la tête c'était juste impossible de la garder en mémoire ! A vrai dire j'avais déjà du mal à me souvenir de mon anniversaire, c'est pour dire !
FIN FLASH BACK

Penser à cela me faisait sourire, étrangement d'ailleurs parce que la fin de cette histoire était loin d'avoir finit comme je l'aurai souhaité. Moi qui me voyais finir mes jours avec ma belle Jules, ma complice, ma partenaire, mon autre me retrouvait plusieurs mois plus tard seul à aller voir ici et là sans même avoir le loisir de la recroiser au boulot vu qu'elle avait démissionné peu de temps après notre rupture. Je ne pouvais m'empêcher de penser que c'était de ma faute, mais j'oubliais bien vite tout ça à chaque fois qu'on arrivait à se croiser. Il faut dire qu'en ayant passé plus de neuf mois ensemble, on s'était fait pas mal d'ami en commun, et du coup, il n'était pas difficile de nous revoir dans des soirées ou truc dans le style. Et vous savez quoi ? Ben ça n'avait plus rien à voir avec avant ! Les "ma puce" étaient devenue "oh non pas toi !" et encore, ça c'était gentil, il était bien rare qu'on finisse une soirée sans se prendre la tête, sans se lancer des pics à tout va. Elle me pensait infidèle et n'arrivait pas à se sortir ça de la tête, et je ne supportais plus de voir la haine dans son regard lorsqu'elle le posait sur moi, la rupture était donc inévitable, même si au fond de nous, il restait toujours un petit quelque chose qui faisait qu'on ne pouvait s'empêcher de prendre soin de l'autre dans certain moment difficile...

Mais malgré tout ça, je me retrouvais là, sur ce ferry, sur le pont supérieur plus exactement, à regarder l'étage du bas, la regarder elle qui m'attendait. Je devais avoir un côté maso pour la faire venir sur un bateau, je savais très bien qu'aucune de nos rencontres ne se passait sans heurt et pourtant je la faisais me rejoindre dans un lieu ou il était impossible d'échapper à l'autre à moins de finir le trajet à la nage ! Je la voyais donc s'impatienter et ça me faisait sourire, je ne fut donc pas étonné de recevoir ce sms de sa part, bien que je prit tout de même mon temps pour descendre la rejoindre sans quitter mon beau sourire charmeur qui faisait autrefois son effet sur elle. « A ce que je vois tu n'as pas toujours pas appris à être patiente... » Oui je sais, sympa comme bonjour, mais je savais très bien qu'elle aurait dis quelque chose pour me faire chier si la situation avait été inversé et puis c'était plus amusant ainsi. Et vu que je savais qu'elle allait vouloir savoir de suite le pourquoi de ce rendez-vous, je lui tendis une enveloppe dans laquelle elle allait trouver un ordre de mission qui datait de 15 mois plus tôt, la mission sur laquelle ils s'étaient rencontré tous les deux, mission dans la quelle il avait du agir sur un ferry, bien que ce ne soit pas celui de New York...

FLASH BACK
« Tu sais très bien que je suis nul en date ! J'arrive pas à retenir, mais je t'offrirai un cadeau demain si tu veux... Aller Jules quoi ! Teuplé ! » Comme toujours, je lui sortais mon jeu de charme pour me faire pardonner, et comme souvent ça fonctionnait, elle me pardonnait, pour un temps du moins, mais je ne pouvais me retenir de reprendre la parole... « Tu sais quoi ? Je te promet que je me souviendrai de nos 1 ans et 3 mois ! » J'aurai put choisir les un ans tout court, ou tout simplement celui du mois suivant, mais non j'avais sorti un chiffre au hasard, et le pire c'est que j'étais bien décidé à m'en souvenir ! Quoi qu'il en soit, sa réaction avait été un bel éclat de rire suivit d'un « Mais bien sûr ! »
FIN FLASH BACK

Ce jour la, je n'avais pas insisté, mais j'étais réellement décidé à tenir cette promesse, je tenais toujours mes promesses ! Je ne savais pas si elle s'en souvenait ou pas, ni même si elle allait comprendre ce que j'étais entrain de faire, mais au moins, je n'avais pas oublié et j'étais fier de moi. C'était sans doute déplacé vu qu'on était plus ensemble et que donc il n'y avait pas de 1 an et 3 mois à fêter, mais si cela avait été le cas, c'était justement pile poil à cette date là que ça aurait du se passer, et c'était ce que j'avais imaginé lui offrir le jour ou j'avais fais cette promesse, un retour en arrière pour lui prouver que même si j'étais nul avec les dates, je n'oubliait rien de notre histoire. Finalement, peut être que c'était un moyen de continuer de lui dire, que malgré nos différents, je n'oubliais toujours rien...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Jules M. Keppner

M E S S A G E S : 253
C O P Y R I G H T : sil

Your mission, if you choose to accept it...
A G E N D A :
MessageSujet: Re: Je crois que c'est une blague. ϟ RYDER&JULES   Jeu 24 Nov - 12:04

La patience, je ne connaissais pas. Du moins, dans le privé, elle m'était quelque peu étrangère. Au travail, je savais que chaque chose se faisait en son temps et je prenais soin de respecter ce véritable principe. Rien ne devait être laissé au hasard après tout et je faisais toujours de mon mieux pour être la plus professionnelle possible. Du coup, je pétais sagement un câble dans mon coin lorsqu'il était trop difficile de tenir en place. Et puis, je me rattrapais lorsque j'étais de repos. J'étais une véritable tornade d'ailleurs, comme une enfant surexcitée et inépuisable. Là exemple, ce matin, je n'avais pas envie de l'attendre. Je me posais bien trop de question pour avoir la sagesse de l'attendre, afin de découvrir ses super trucs ! Je sentais déjà que j'allais lui renvoyer en plein tête. « Et toi, t'es toujours aussi... drôle ! » -lançais-je, alors que j'avais pensé à ''charmant'' en tombant sur ce sourire en coin. Oh mon dieu ! Ce tricheur ! Comme il manquait d'honnêteté en me sortant cette mine radieuse et ces airs charmeurs. Rêve Don Juan ! Je saurais faire face ! Jamais plus je ne céderais face à ça ! Cette arme redoutable plus communément appelé : sourire. Il venait de se présenter à moi, apparaissant dont ne sait trop où. De l'étage probablement. Alors que j'avais tourné sur moi-même dans l'espoir vint de l'apercevoir et de lui foncer dessus pour l'étrangler. Oui, j'étais très avenante comme nana. Mon bonjour pouvait se résumer à deux petites mains autour d'un cou, suivit d'un visage tout bleu ensuite. Je voulais transformer Ryder en Schtroumpf.

« C'est quoi ce truc ? Tu sais, les services postaux ne s'occupent pas que des cartes de vacanciers... Ils peuvent aussi distribuer des enveloppes... Oh ! Une enveloppe ! » Je le prenais pour un débile mental. Mais mon ironie, il en avait toujours eu l'habitude. Lorsque j'étais sur les nerfs, il n'était pas rare que j'en use et abuse. Pour le coup, ça me faisait du bien de le faire passer pour un attardé. Je m'emparais du papier qu'il me tendait, le gardant à l’œil. Je craignais le pire. Il était capable de tout, même des pires plaisanteries. Une enveloppe piégée ne m'aurait même pas étonné ! Je l'ouvrais délicatement, faisant preuve de méfiance à son égard. Rien. Il ne se passa rien. Il s'agissait d'une enveloppe tout ce qu'il y a de plus banal. « Qu'est-ce que tu mijotes? » Glissant mes doigts à l'intérieur, j'en retirais un papier. Je dépliai ce dernier et pris le temps de le lire. Figée. J'étais muette face à cet ordre de mission, datant de plus d'un an. Mon instinct protecteur me hurlait de faire attention. A vrai dire, je me demandais vraiment où il voulait en venir avec ce truc. « On fête quoi ? Nos 6 mois de rupture ? » Je fronçais les sourcils. Dans le fond, ça me faisait bien rire. « J'ai du mal à te suivre là... » Je ne lui rendis pas le papier. Oh non ! Je le gardais pour moi. Il me l'avait donné, je le prenais comme un présent et je décidais donc de le glisser dans la pochette qui me servait de micro sac à main.

Moi qui avait toujours été la pire des chieuse concernant les dates, portant de l'importance à celle de notre rencontre... Lui qui avait toujours été incapable de m'offrir ce bouquet de fleur le bon jour. Voir de me l'offrir tout court... Et là, il me donnait rendez-vous sur un ferry et me rappelait cette première mission, comme dans un élan de romantisme qui était totalement insoupçonné chez lui à l'heure actuelle. C'était comme lorsqu'il avait oublié de... Oh mais ! Je le fixais, mes yeux grands ouverts par la surprise. Il y avait pensé ? Alors que tout ceci était bel et bien terminé ? Il s'était souvenu de notre prétendu anniversaire ; de nos un an et trois mois... Je tombais de haut, littéralement scotchée. Il s'agissait en soit d'un vrai petit miracle. Si bien, que j'étais incapable de m'en moquer. « Je... Tu... » Mon regard allait et venait entre sa bouille amusée et mon sac contenant le papier. « T'es sérieux ? » Un sourire se dessina sur mes lèvres. Tiens, ça faisait longtemps qu'il ne l'avait pas vu celui-là ! Cadeau ! 

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://undercover.frbb.net
avatar
Ryder J. Ethans

M E S S A G E S : 136
C O P Y R I G H T : <c>Lo

Your mission, if you choose to accept it...
A G E N D A :
MessageSujet: Re: Je crois que c'est une blague. ϟ RYDER&JULES   Dim 5 Fév - 17:16

Je savais très bien qu'elle allait se méfier de cette enveloppe, qu'elle allait s'imaginer tout un tas de conneries que j'aurai pus lui faire, et que j'aurai sûrement fait dans d'autre circonstance d'ailleurs, mais pour une fois, c'était réellement quelque chose de sérieux et qui signifiait quelque chose pour nous. On avait beau se tirer dans les pattes à chaque fois qu'on se croisait, ça ne voulait pas dire qu'on ne tenait pas l'un à l'autre, bien au contraire. Ni l'un ni l'autre n'est vraiment du style à se montrer très expressif lorsqu'il s'agit de sentiment, mais par contre, pour s'insulter et faire savoir à quel point l'autre est un gros con, ça on est aussi fort l'un que l'autre. Quoi qu'il en soit, si jamais Jules venait à avoir besoin de moi, si vraiment j'étais dans une grosse merde et si elle était la seule à pouvoir m'en sortir, je savais très bien qu'elle le ferait. Tout comme j'étais sûr qu'elle sait très bien que je ferai de même en sens inverse. Le pire, c'est que même pour des peines de coeur je pourrai être là pour elle, nous deux s'est du passé, c'est clair pour nous deux, on a déjà essayé, et même si on s'aime réellement, parce que oui, pour moi on s'aime toujours et on s'aimera certainement toute notre vie, on est plus que conscient qu'une vie à deux, ensemble, elle et moi, c'est juste impossible. Alors je lui souhaite réellement de trouver l'amour, le mec qui l'aimera autant que moi, mais qui ne lui fera pas le mal que j'ai put lui faire, et si jamais elle venait à le trouver, mais que lui, ne s'en rendait pas compte, alors elle pourrait compter sur moi pour l'épauler, et faire tout ce qu'elle pourrait attendre de moi...

Cette enveloppe, ce rendez vous, c'était un peu tout ça que ça voulait dire, comme si j'étais sûr qu'elle allait comprendre que ce simple souvenir, que le fait que j'arrive à penser à ce rendez vous que je lui avais moi-même donné des mois auparavant, alors que nous étions encore un couple, était une preuve que quoi qu'il arrive, elle comptait pour moi, et que je serai toujours là. Elle allait le comprendre j'en étais sûr... Mais en attendant je ne pouvais m'empêcher de sourire en la voyant si suspicieuse. « Qu'est ce que tu mijotes ? - J'ai pas le droit de t'offrir un truc sans que ce soit forcement une blague ? » J'avais un air choqué en parlant, mais c'était une expression forcé, si la situation avait été en sens inverse j'aurai été comme elle, à me méfier de ce qu'elle aurait put inventer, alors j'étais tout simplement amusé de la voir agir ainsi. Elle continua alors de me poser des questions, mais je ne répondais à aucune d'elle, je voulais qu'elle comprenne d'elle même, et la connaissant, c'était dans ses capacité, alors j'attendais en la regardant toujours le sourire aux lèvres... Nos 6 mois de rupture ? Ca aurait put je l'avoue, et surtout elle n'était pas loin de la réalité dans le fond, mais je ne comptais pas l'aider à le comprendre. Je voulais voir son expression lorsqu'elle allait avoir le déclic qui fait qu'elle revoit le tout dans sa tête, et je ne fut pas déçu !

Que ce soit son expression de visage ou bien son bégayage (mot qui, je crois, n'existe pas ! lol) qui suivit le tout, je n'en manquais pas une miette ! Pas pour me moquer par la suite, bien que dans un moment d'énervement j'étais surement capable de lui ressortir mais surtout parce que j'aimais à la surprendre, et là je pense qu'on pouvait dire que j'avais très bien réussi mon coup ! D'ailleurs ce sourire qu'elle venait de m'offrir en était la preuve, il fallait bien avouer que j'avais très rarement le droit à ce genre de chose venant d'elle, alors j'avais intérêt à bien l'enregistrer dans ma mémoire celui là ! « T'es sérieux ? - Nan, en fait c'était juste pour voir ta réaction, maintenant que je sais que ça te plait, ça me plait beaucoup moins, alors ben... j'y vais... on s'capte ? » Je n'étais pas sérieux, évidemment, mais je fit tout de même style de m'éloigner pour voir sa réaction, avant de lacher un petit rire en me retournant vers elle pour lui faire un signe de tête et ainsi lui faire savoir qu'elle pouvait me suivre si le coeur lui disait... « Je te l'avais promis nan ? » De penser à cette date d'anniversaire... Il était fier de ne pas avoir oublié lui en tous cas, fallait avouer que c'était tout de même assez rare chez lui, donc bon... Sinon, elle le suivait ou pas du coup ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Jules M. Keppner

M E S S A G E S : 253
C O P Y R I G H T : sil

Your mission, if you choose to accept it...
A G E N D A :
MessageSujet: Re: Je crois que c'est une blague. ϟ RYDER&JULES   Mer 6 Juin - 9:11

Je venais de comprendre, et j'étais assez surprise... Pire encore, j'étais littéralement sur le c*l, pardonnez-moi l'expres​sion(à NYC, on n'est pas poli). C'était tellement improbable de sa part, que j'allais sans doute mettre quatre ans à m'en remettre, si ce n'est plus en ajoutant quelques rechutes par-ci par-là en retombant involontairement sur la dite enveloppe. Ryder et sa mémoire de poisson rouge avaient dû faire un effort surhumain pour accomplir tout ça. J'imaginais déjà un gigantesque calendrier avec la date encerclée de rouge, entourée de petites ampoules clignotantes avec un panneau lumineux affichant un ''Te plante pas mec, c'est la date d'anniversaire, ne foire pas !''. Oui, tout ça ! Parce qu'avec un mec comme Ryder, c'était franchement possible ! A sa réponse, je restais à nouveau figée. J'aurais dû m'y attendre et la voir venir cette réplique. Il n'en loupait pas une pour se moquer de moi, et une fois encore il me prenait pour une demeurée. Maintenant qu'il m'avait fait plaisir, il feintait une grande déception et un désintérêt total. Comme si ça n'avait pas eu l'effet escompté et qu'il repartait pour trouver un nouveau tour à me jouer.

« Ryder ! » Il se retourna et eu droit à un regard plutôt sévère. Les sourcils froncés, le nez légèrement plissé, je faisais les gros yeux. Je ne voulais pas qu'il parte comme ça, si vite et surtout qu'il s'en sorte si facilement. L'attention me touchait et je comptais bien le lui faire comprendre, même si l'un comme l'autre avions quelques difficultés d'expression sentimentale. Hors de question qu'il me plante ici après m'avoir simplement donné une enveloppe. Il sembla le comprendre très vite, me connaissant vraiment bien, puisqu'il me fit signe de la tête, m'invitant à le rejoindre et donc le suivre. Sans me faire prier, je m'exécutai et m'empressai de me poster à ses côtés. « Comment t'as fait ? » Pour s'en rappeler, j'entendais... Bien que je me doutais qu'il allait probablement éviter la question en répondant à côté, en m'expliquant par exemple qu'il avait acheté une enveloppe en papeterie et compagnie. Je le connaissais aussi bien qu'il ne me connaissait, devinant alors ce qui pouvait lui traverser l'esprit.

J'étais touchée par un tel geste. Il avait tenu sa promesse... C'est que finalement, il avait bel et bien cette unique parole qui faisait de lui quelqu'un de confiance. Sa mémoire lui faisait défaut certes, et sa maladresse par moment le rendait agaçant. Mais dans le fond, il savait reconnaître ce qui comptait et m'avait agréablement surprise. Fortement. J'esquissai un nouveau sourire, ne pouvant m'empêcher de penser qu'il ne fallait pas trop qu'il s'y habitue et lui adressai un regard en biais. « T'es incroyable... Toujours une tête à claques, mais surprenant. » Étonnamment, j'avais ranger les armes et je me montrais plus douce à son égard. J'adoptais une attitude à peu près normale, posée et presque avenante. Civilisée en somme. « Tu vas continuer sur ta lancée, me payer un café et me complimenter ? Me dire que tu ne pouvais pas oublier ce jour, et blablabla.. ? » De la main, j'imitais un bonhomme qui parlait à toute allure, puis haussai finalement les épaules. Me retrouver sur le ferry en sa compagnie, sans me jeter verbalement sur lui, était un record. Il m'avait cloué le bec ce petit malin et je m'en sentais presque bête. J'avais de temps à autre penser à cette date d'anniversaire, à ce qu'on aurait pu faire si notre couple avait tenu le choc... Mais rien n'avait ressembler à ce genre d'entrevue. Rien.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://undercover.frbb.net

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Je crois que c'est une blague. ϟ RYDER&JULES   

Revenir en haut Aller en bas
 

Je crois que c'est une blague. ϟ RYDER&JULES

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Undercover ::  :: Staten Island :: Ferry-