AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 DECLAN ϟ Si tu veux quelque chose dans la vie, prends le.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Declan N. Jeffrey

M E S S A G E S : 10
MessageSujet: DECLAN ϟ Si tu veux quelque chose dans la vie, prends le.   Sam 17 Déc - 12:04



JEFFREY, DECLAN NEAL


    ÂGE : 28 ans
    NATIONALITÉ : Américain
    PROFESSION : Mécanicien
    STATUT : Célibataire
    GROUPE : Civilians



« Et je n'ai même pas eu besoin de boire une seule goutte de rhum ! »

→ Je suis d'une méfiance absolue. Je suis même parfois carrément paranoïaque. On m'a eu une fois, mais pas deux ! Je fais très attention à tout ce qui m'entoure désormais, ayant développé un sens de l'observation assez aiguisé. Je refuse de me faire à nouveau marcher sur les pieds. J'ai perdu sept ans de ma vie, à cause d'une telle négligence de ma part. Sept foutues années ! Je reste sur mes gardes, prêt à agir en conséquence et toujours dans mon intérêt. Je me la joue perso' maintenant, le reste je m'en moque pas mal !

→ J'aime l'ironie, tout comme l'humour. J'ai longtemps été un grand comique, toujours là pour faire des blagues et amuser la galerie. Je le suis bien moins certes, mais mes intentions ne sont pas moins bonnes envers les gens. Je souligne tout et n'importe quoi avec une pointe d'humour, tentant sans doute inconsciemment de me faire une place par ce biais. Reprendre une vie normale est important pour moi, et je me donne les moyens d'y arriver. Un sourire ça ne coûte rien.

→ Je suis impulsif. Je monte en pression, jusqu'à atteindre le point de non retour. Et lorsque tout lâche, je pars facilement en vrille. Ce n'est pas faute d'essayer de me contenir. Seulement, la prison m'a changé. Il m'en faut bien moins qu'avant pour m'agacer, me taper sur les nerfs. Je suis moins tolérant, plus susceptible. Je crains le jugement des autres à cause de mon étiquette de taulard. J'ai l'impression que ça clignote au-dessus de ma tête.

→ Je suis un grand fan de vitesse. Et je l'aime particulièrement lorsque mon derrière se pose sur une belle bécane. J'ai l'impression de pouvoir m'évader, de fuir mon passé. C'est idiot, j'en ai bien conscience. Pourtant, faire un petit tour en moto me fait un bien fou. Je le fais toujours seul. Ce sont des instants que je me réserve, et que je ne pourrais sans doute jamais partager avec personne. Ça peut paraître égoïste, mais j'ai l'impression que personne ne peut me comprendre. C'est peut-être le cas finalement...

→ Depuis ma sortie de prison, je donne l'impression d'être un estomac sur pattes. A croire que je n'ai pas mangé depuis des siècles. C'est presque le cas... J'étais loin du régime gastronomique ces sept dernières années. Alors je me rattrape, je me fais plaisir et je savoure tout ce qui peut effleurer mes lèvres. Je dépense peut-être plus en nourriture qu'autre chose. Je passe pour un affamé, mais ça m'importe peu. J'écoute mon ventre, je suis mes envies... Et la plupart du temps, j'étonne et je fais rire les autres.

→ Je suis joueur, taquin... Et un brin provocateur, je l'avoue. Je m'amuse d'un rien et je fais preuve d'assurance. Je titille les gens, je leur colle la vérité sous le nez. Comme si j'avais besoin que tout le monde, toutes ces personnes qui croisent ma route assument totalement ce qu'elles sont, ce qu'elles ont et ce qu'elles veulent. Justicier ? Sûrement pas. J'ai mes défauts, comme tout le monde. Et mon séjour en prison m'en a sans doute ajouté quelques-uns !

→ Je suis bordélique. Comme si retrouver un semblant d'espace m'avait libéré de toute envie ou besoin de rangement, d'organisation. Je laisse tout traîner. J'ai bien mieux à faire que de ranger. Je n'avais que ça à faire pendant que je purgeais ma peine. Ranger, me rendre dans ce semblant de salle de sport, faire mes corvées au sein de la prison. Quel programme ! Maintenant que je suis libre, je fais tout ce qui me passe par la tête, en conservant cette dernière sur mes épaules bien entendu. Je bosse, j'ai un salaire, je suis quelqu'un d'honnête.

PSEUDO ? Papa Noël
ÂGE ? Je suis un papy !
AVATAR ? Ryan Reynolds
COMMENT ES-TU ARRIVÉ(E) ICI ? La magie de Noël
UN COMMENTAIRE ? Oh, oh, oh !



Dernière édition par Declan N. Jeffrey le Mar 20 Déc - 11:30, édité 9 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Declan N. Jeffrey

M E S S A G E S : 10
MessageSujet: Re: DECLAN ϟ Si tu veux quelque chose dans la vie, prends le.   Sam 17 Déc - 12:04

« Je n’ai pas peur de mourir, j’ai peur de ne pas avoir assez vécu. »


« N'cherche pas, je t'ai eu ! Encore ! - Non ! Je suis sûr que... - Tu me traites de tricheur là ? - Mon frère n'est pas un tricheur. » Mon regard se posa automatiquement sur la jeune femme qui venait de faire son entrée : Jaden. Elle, impossible de la contredire. J'en étais tout bonnement incapable. Je la connaissais depuis de nombreuses années, autant que mon amitié avec son frère avait duré. A tel point, qu'il aurait été possible de la considérer comme une petite sœur. Je la trouvais amusante, et peut-être trop attirante pour avoir le véritable comportement d'un frère, ou ne serait-ce que du meilleur pote de son frangin. A dix ans, enfantine et dans sa petite bulle, elle ne m'était jamais apparue comme telle. Mais une fois devenue femme... « Aïe ! » Je venais de me prendre une tape derrière la tête. Zachary me fusillait du regard. Je haussais les épaules, signe qu'il pouvait rentrer les griffes et desserrer la mâchoire, je n'allais pas dévorer sa sœur. L'envie ne manquait pas, certes. Mais j'avais bien enregistré le message. Si je la touchais, je pouvais d'office réserver ma place dans un cimetière. Il m'aurait tout simplement trucidé, envoyé six pieds sous terre. C'était sa sœur, et je pouvais le comprendre. Mais en même temps, en se baladait dans un semblant de pyjama, qu'on appelait "short" dans mon langage. Voir même "shorty". Comment ne pas y balader ses yeux, sérieusement ? Cette fois c'était à mon tour de me gifler mentalement. « Je n'aime pas le backgammon de toute façon ! - La bonne excuse... » Je lui adressais un sourire en coin et posais mon index sur mes lèvres comme pour la rendre complice de mon mensonge. Son frère m'avait à l’œil, je le savais. Il avait tout de même suffisamment confiance pour me laisser cinq minutes dans la même pièce, voilà qui était rassurant... Pff ! Mon portable vibra dans ma poche, et toute mon attention lui fut destinée en cet instant. Mon sourire s'estompa en l'espace de trois secondes, soit le temps de lire le numéro sur l'écran. Je me levais de mon siège, m'éloignais de la jeune femme entrain de déjeuner, et je décrochais. Je savais que ça n'allait pas durer longtemps. Il s'agissait encore de ces affaires louches, dans lesquelles je m'étais retrouvé sans m'en rendre réellement compte. Je servais de passeur, livrant divers colis à des mecs plus ou moins réglos. Je tiens d'ailleurs à mettre en valeur le ''moins'' de ma phrase. Mais ça me permettait de me faire l'argent facilement. J'étais tellement dans la merde, et mais aussi tellement fier, que je n'avais pas trouvé d'autres solutions. Demander de l'argent était inconcevable, travailler plus reviendrait au suicide. Je n'avais pas tellement choix, et je pouvais ironiquement remercier mon père de m'avoir laissé tant de dettes. Super comme héritage, pas vrai ? Quand on m'interrogeait sur ma situation, tout allait toujours pour le mieux. Je vivais modestement, mais je vivais bien. Un sourire suffisait à faire passer le tout comme la vérité. Encore une fois, on me donnait rendez-vous. Aucun détail, aucune information, rien. Juste ce lieu et cette heure. Bizarrement, je le sentais mal... « Hey ! Ça ne va pas ? On dirait que t'as vu Mrs. Becket à poil ! - C'est qui ? Mrs. Bech-ket ? » Jaden nous regardait, la bouche pleine, mais toujours aussi curieuse. « Notre ancienne prof de littérature. - Mr. Bean en femme. - Oh l'horreur ! » Je tentais de rassurer Zachary, qui pour sa part m'informait qu'il avait une urgence et qu'il devait me laisser pleurer ma défaite seul. Ça l'embêtait de ne pas me narguer, mais il n'avait apparemment pas le choix. De toute façon, je n'aurais pas été d'humeur à le supporter, trop préoccupé par mon mystérieux coup de fil. Il me laissa donc avec sa sœur, me faisant comprendre en un regard que le shorty de la brunette devait m’apparaître comme une ceinture de chasteté, un grillage électrifié, un coffre fort blindé surveillé par douze dobermans et vingt-huit tireurs d'élite. « T'es sûr que ça va ? » Je m'étais laissé tomber dans le canapé, et Jaden m'avait observé durant quelques instants. Je n'étais plus vraiment sûr de rien à vrai dire. Tout ça parce que j'avais un mauvais pressentiment. Je fis une grimace en guise de réponse. C'est alors qu'elle s'approcha, s'installant sur le bord du fauteuil. J'aurais été bien incapable de poser des mots sur ce qui se passait, sur cette ambiance, sur son comportement. Tout ce que je peux affirmer, c'est qu'elle m'avait donné chaud. Ma main avait glissé sur une de ses jambes, jusqu'à ce qu'elle passe à califourchon sur moi et qu'elle m'embrasse. Wow ! Rien n'avait explosé, rien n'avait manqué de me tuer. Ses lèvres étaient collées aux miennes et j'étais toujours en vie. Miracle ! Il ne m'en fallait pas plus pour me pousser à franchir cette ligne rouge. Plus rien n'avait de sens et je me fichais éperdument de Zachary. Il n'y avait plus qu'elle, son petit corps blotti contre le miens et ses mains baladeuses. J'ai fini par me redresser, puis par quitter le fauteuil tout en la gardant dans mes bras. Mes mains avaient élu domicile sur son charmant petit derrière, soulevant sans mal son poids plume. Tout s'est enchainé. Très vite d'ailleurs. Et nous avons finalement partagé une étreinte charnelle et passionnée. Cela allait au-delà du fantasme. C'était fort, débordant d'attention et de sincérité. Épuisée, elle s'était endormie dans mes bras. Je l'avais observé, si paisible, les cheveux en bataille. J'aurais pu resté comme ça des heures entières. Son frère aurait pu passer le seuil de la porte d'un instant à l'autre, ça n'était pas ça qui m'inquiétait. Je pensais à nouveau au coup de fil, et à nouveau je me sentais mal. Dans un élan pessimiste, je me surprenais à penser que j'avais pu goûter à ses lèvres. Je l'avais fait avant que ça tourne mal pour moi. Je n'aurais peut-être pas dû. Tout comme il aurait été préférable de ne pas la laisser, de ne pas partir comme un voleur... Seulement je l'ai fait.



« Oh bordel ! C'est pas possible ! » Passant mes mains sur mon visage, je tentais de reprendre mes esprits. Il fallait que je me ressaisisse. Vite ! C'en devenait presque vital ! Appuyé contre ma porte d'entrée, que j'avais violemment refermé derrière moi, je reprenais mon souffle. J'avais couru. Sur des kilomètres. J'avais couru pour sauver ma peau. J'avais pris la fuite, et il ne fallait pas que je m'arrête dans ma lancée. Mais j'étais carrément flippé, au bord de la panique. Je revoyais cet homme, au fond de cette ruelle. Tapis dans l'ombre, il n'avait pas bougé. Je l'avais donc interpellé, reconnaissant les lieux comme notre point de rendez-vous pour cette énième rencontre. Tout ça pour mettre fin à ces magouilles. J'avais décidé de galérer, mais d'être honnête, de mener une vie presque "saine". Étant donné que je ne tombais jamais sur le même type, je m'étais naïvement mais prudemment avancé de quelques pas. Jusqu'à apercevoir cette arme au sol. Mais pourquoi je l'avais touché, bon sang ?! J'étais un véritable crétin. Car oui, je m'en étais emparée. Pour une raison qui m'échappe encore. L'homme a fini par s'écrouler au sol. Inanimé. Raide mort. J'avais parlé à un cadavre. Et l'arme... J'avais aussitôt percuté. J'étais tombé dans un piège et la pauvre victime que j'étais en réalité allait passé pour l'odieux criminel. Innocent, on allait me prendre pour l'auteur de cet assassinat. J'avais laissé mes foutues empruntes sur ce maudit flingue. J'avais bêtement signé mon arrêt de mort. Un bip venait de retentir. J'avais tout un tas de message en attente. Mais je ne décrochais pas, je ne les écoutais pas. Je n'en avais ni le temps, ni l'envie. Je décidais même de couper mon portable. J'étais dans une vraie merde. Mon cœur tambourinait dans ma poitrine, menaçant alors d'en sortir juste pour se foutre de ma gueule. Pressé, je me suis jeté sur un sac de sport, que j'ai rempli avec tous les fringues qui me tombaient sous la main. L'arme y termina elle aussi sa course. Je l'avais récupéré et je ne perdais pas de vue mon objectif premier : il fallait que je me casse, et rapidement. Tout devais être trop bien ficeler pour perdre du temps. Je ne savais pas où me réfugier sans mettre quelqu'un en danger. Si bien qu'en pleine nuit, j'ai atterri dans une chambre d'hôtel miteuse. La suite... C'est pas joli, joli !
- - - - - - - -
Marchant à pas feutrés, sur ce parquet grinçant, je faisais mon possible pour ne pas me faire remarquer. Cela faisait des semaines que j'étais ici. Je payais tant bien que mal ma chambre, souhaitant conserver un endroit tranquille où me planquer. J'avais suivi les informations via le net et rien de tout ça ne m'avait rassuré. Jamais mon nom n'était apparu noir sur blanc, fort heureusement. Seulement je savais lire entre les lignes, puisque j'avais un paquet d'informations en plus, inconnues du grand public. Ce soir, impossible pour moi de fermer les yeux. Le mot que l'on avait glissé sous ma porte n'avait rien de rassurant. Un simple ''On se cache ?'' avait eu raison de moi. Avec le temps je m'étais rendu compte de mon erreur. Fuir au lieu de courir chez les flics et leur expliquer la situation. Quitte à me mettre relativement en danger en révélant les trafics, je n'étais pas suspecté de meurtre. Là... La peur m'avait entraîné vers le fond et m'avait littéralement noyé. On tambourinait à ma porte, si bien que je pressais le pas de peur qu'on la défonce avant même que je puisse trouver un moyen de me défendre. J'ai foncé vers mon sac et j'ai machinalement pris l'arme. Je pouvais bien la retourner contre eux, non ? Ces enfoirés m'avaient bien eu ! J'avais la rage. On toqua à nouveau, m'interpellant à travers la porte. Puis la porte céda à un pied de biche et je me suis retrouvé armé, face à des flics. Des flics ! J'étais maudit. Lâchant mon arme automatiquement, l'un d'eux s'est jeté sur moi, m'a plaqué au sol et j'ai fini derrière les barreaux. Des études balistiques ont identifié l'arme, j'ai été suspecté, jugé et condamné. Ma vie était devenu un enfer.


J'ai échappé à beaucoup. Peine de mort, prison à perpétuité réelle et incompressible... Tout ça parce que j'ai balancé tout le réseau pour lequel j'avais travaillé. Ça n'a rien enlevé au fait que j'étais le suspect numéro pour le meurtre. Et puis, il fallait visiblement boucler quelqu'un. J'étais le parfait pigeon à enfermer. N'ayant pas les moyens de m'assurer une défense convenable, et ne voulant surtout pas mettre qui que ce soit de mon entourage au courant, j'ai subi le procès. J'ai accepté la sentence et j'ai fermé ma gueule. Je me suis fait discret, visant la remise de peine et une réinsertion future. Je l'ai obtenu, après sept ans dans une cellule, dans un véritable trou à rats. Bonne conduite, réinsertion avec suivis psychologique et tout le bordel qui va avec. Je pouvais le comprendre... J'avais passé des années à nourrir une haine sans égale au fond de ma cage, rageant contre ces ordures... J'étais instable, impulsif. J'avais soif de vengeance, je voulais leur faire payer ce qu'ils m'avaient fait endurer. Tout ce que je désirais c'était leur faire mordre la poussière sans devenir pour autant leur égal. Écraser mon poing dans leurs sales têtes. Simple, mais tellement bon. Alors on me gardait à l’œil. Je devait pointer deux fois par semaine. J'étais fiché, surveillé, mais bel et bien prêt à retrouver un semblant de vie. Bien que ce que j'avais laissé n'était sans doute pas prêt à me revoir.


Dernière édition par Declan N. Jeffrey le Lun 19 Déc - 22:55, édité 19 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Lizzie M. Donovan

M E S S A G E S : 76
C O P Y R I G H T : Barda Doll
MessageSujet: Re: DECLAN ϟ Si tu veux quelque chose dans la vie, prends le.   Sam 17 Déc - 12:44

Bienvenue !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Rosalie A. Carlson

M E S S A G E S : 87
C O P Y R I G H T : Nao'/Tumblr
MessageSujet: Re: DECLAN ϟ Si tu veux quelque chose dans la vie, prends le.   Sam 17 Déc - 12:54

Bienv'nue à toi ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité

MessageSujet: Re: DECLAN ϟ Si tu veux quelque chose dans la vie, prends le.   Sam 17 Déc - 13:02

Bienvenuuuee Mimi bon courage pour ta fiche Mimi
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Valeriya I. Antonovitch

M E S S A G E S : 104
C O P Y R I G H T : © Cindy ღ

Your mission, if you choose to accept it...
A G E N D A :
MessageSujet: Re: DECLAN ϟ Si tu veux quelque chose dans la vie, prends le.   Sam 17 Déc - 14:24

Bienvenu à toi sur le forum ! PC
Bonne chance pour ta fiche ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité

MessageSujet: Re: DECLAN ϟ Si tu veux quelque chose dans la vie, prends le.   Sam 17 Déc - 15:21

Okay première je suis fan du prénom Mimi et deuxièmement Ryan Please

Welcome here et bon courage pour la fichounette YMCA
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Jaden C. Traviss

M E S S A G E S : 53
C O P Y R I G H T : Rose
MessageSujet: Re: DECLAN ϟ Si tu veux quelque chose dans la vie, prends le.   Sam 17 Déc - 16:03

Lèche Love Siffle God Kill Colgate Heart Hug Mimi Bed

Bienvenuuuuuuue ! :P
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Declan N. Jeffrey

M E S S A G E S : 10
MessageSujet: Re: DECLAN ϟ Si tu veux quelque chose dans la vie, prends le.   Mar 20 Déc - 11:30

Merci tout le monde !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Jules M. Keppner

M E S S A G E S : 253
C O P Y R I G H T : sil

Your mission, if you choose to accept it...
A G E N D A :
MessageSujet: Re: DECLAN ϟ Si tu veux quelque chose dans la vie, prends le.   Mar 20 Déc - 12:39

Eum eum... !

Votre mission, monsieur Declan N. Jeffrey, si vous décidez de l'accepter, sera d'intégrer au mieux Undercover. Pour cela n'hésitez pas à faire un tour dans le flood. Les autres membres se feront une joie de vous briefer. Mais surtout, n'oubliez pas de vous enregistrer sur le réseau. Les contacts sont importants de nos jours ; c'est pourquoi nous mettons nos équipements à votre disposition : portables, ordinateurs, papier et encre... Si vous avez la moindre question, veillez contacter l'administration. Le monde s'offre à vous désormais, tendez la main et saisissez-le !

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://undercover.frbb.net

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: DECLAN ϟ Si tu veux quelque chose dans la vie, prends le.   

Revenir en haut Aller en bas
 

DECLAN ϟ Si tu veux quelque chose dans la vie, prends le.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Undercover ::  :: Dossiers de recrutement :: You're ok, little spy !-